Bases hypothécaires

Perspectives du marché immobilier canadien en date d'aujourd'hui

Written by
  • Jacob Kesey
| 12 mai 2023
Reviewed, 16 juin 2023
Share:

Table of contents

    Le marché de l’immobilier résidentiel canadien a connu un démarrage difficile en 2023, les ventes ayant atteint leur niveau le plus bas en 14 ans. Le Canada n’a pas connu un mois avec aussi peu de ventes depuis 2009.

    Dans un rapport publié le 15 février 2023, l’Association canadienne de l’immeuble (ACI) a noté une augmentation de 3,3 % du nombre de nouvelles inscriptions, principalement en raison des hausses enregistrées en Colombie-Britannique. Malgré cette augmentation, les nouvelles inscriptions sont restées à un niveau historiquement bas dans l’ensemble du pays. Les nouvelles inscriptions en janvier 2023 sont restées à leur niveau le plus bas depuis 2000.

    Après 8 hausses consécutives, dont la dernière de 25 points de base le 25 janvier 2023, la Banque du Canada (BDC) a annoncé le 8 mars qu’elle maintiendrait son taux directeur à 4,5 %. On prévoit que la Banque du Canada maintiendra son taux à 4,5 % tout au long de l’année 2023 afin d’évaluer l’impact des dernières hausses sur l’économie. Elle pourrait ensuite commencer à réduire les taux à nouveau en 2024.

    Le prix des propriétés augmentera-t-il en 2023-2024?

    Selon les prévisions des banques et des analystes canadiens, l’année 2023 sera encore marquée par une forte baisse du prix et des ventes de propriétés, bien qu’il ne semble pas y avoir de consensus sur l’ampleur de cette baisse. Le marché immobilier devrait rester un marché d’acheteurs tout au long de l’année 2023, ce qui ne s’est pas vu depuis longtemps.

    Les acheteurs ont désormais l’avantage lorsqu’il s’agit de négocier les prix et les conditions d’achat. Cela s’explique principalement par le fait que la concurrence entre acheteurs sur le marché continuera de diminuer en raison de la hausse des taux d’intérêt et de l’annonce d’une récession imminente.

    Les taux devraient se stabiliser à nouveau en 2024, et l’on prévoit que le marché immobilier commencera à se redresser vers la fin de l’année 2024. La Banque TD prévoit une forte reprise du marché immobilier canadien en 2024, avec des prévisions de ventes en hausse de plus de 19 % et une augmentation des prix de 6 %.

    L’inflation devrait être contenue d’ici là, la Banque du Canada s’apprêtant à baisser ses taux à mesure que l’économie commencera à se remettre de la faiblesse des marchés de 2023. On prévoit une activité de vente beaucoup plus intense, une concurrence accrue et un retour à un marché de vendeurs auquel nous sommes habitués.  

    Prix de vente moyen par grande ville

    En janvier 2023, on a enregistré une baisse collective de 18,3 % des ventes de propriétés à l’échelle nationale par rapport à janvier 2022. Les ventes au Canada sont actuellement à leur plus bas niveau en 14 ans, principalement en raison des baisses observées sur les marchés de l’Ontario et de la Colombie-Britannique. Le tableau ci-dessous montre le prix de vente moyen et la baisse en pourcentage dans certaines des plus grandes villes du Canada.

    Ville Prix moyen de vente janvier 2023 Variation en %
    Toronto 1 078 900 $ -14,2 %
    Hamilton 809 800 $ -20 %
    London 568 300 $ -22,2 %
    Ottawa 603 900 $ -10,7 %
    Montréal 490 000 $ -5,5 %
    Winnipeg 323 600 $ -8,5 %
    Edmonton 362 200 $ -3,6 %
    Calgary 509 900 $ 6,1 %
    Vancouver 1 111 400 $ -6,6 %
    Régina 312 200 $ -1,0 %
    Saint-Jean 268 400 $ 5,4 %
    Halifax 490 700 $ 5,4 %
    Saint-Jean de Terre-Neuve 316 300 $ 5,4 %

    [Prix de vente moyens au Canada en janvier 2023. Source : Carte du prix national de l’ACI].

    Qui achète des biens immobiliers au Canada?

    Les investisseurs sont responsables de près de 20 % de tous les achats au Canada. Il est toutefois difficile de dire si ce phénomène se poursuivra en 2023-2024. Depuis le 1er janvier 2023, une nouvelle loi canadienne interdit aux investisseurs étrangers d’acheter des biens immobiliers résidentiels à des fins d’investissement, et ce, pour une période de deux ans. Cette nouvelle loi a été adoptée en réponse à l’augmentation significative des prix de l’immobilier au Canada – en partie imputée aux acheteurs étrangers qui ont acheté des propriétés dans de nombreuses villes canadiennes en tant qu’investissements – diminuant ainsi l’offre de logements pour les acheteurs canadiens.

    Les millénariaux (nés entre 1981 et 1996) sont actuellement le groupe démographique dominant sur le marché immobilier, principalement en raison de la proportion de personnes appartenant à cette génération. Les baby-boomers (né entre 1946 et 1964) sont souvent en concurrence avec les millénariaux pour des logements de taille similaire, représentant environ 29 % des acheteurs. La génération X (nés entre 1965 et 1980) représente 22 % des acheteurs, la plupart d’entre eux cherchant à acheter une plus grande propriété. La génération silencieuse (nés entre 1928 et 1945) représente 4 % des achats, tandis que les Z (nés entre 1997 et 2012) ne représentent que 2 % des acquéreurs.

    Perspectives du marché immobilier canadien en 2023

    Avec des coûts d’emprunt nettement plus élevés pendant la majeure partie de l’année 2023, on prévoit que le marché immobilier restera un marché d’acheteurs, les acquéreurs ayant l’avantage par rapport aux années précédentes. Cela s’explique en partie par le fait que de nombreux acheteurs sont exclus du marché, ce qui réduit la concurrence. Il restera probablement difficile pour de nombreuses personnes d’accéder à la propriété cette année, tant que les taux d’intérêt hypothécaires ne baisseront pas. Malgré ces taux hypothécaires plus élevés, le marché présente toujours une pénurie de logements, les vendeurs attendant un retour à des prix plus élevés et une concurrence accrue entre acheteurs.

    L’impact de l’inflation sur le marché immobilier canadien

    En janvier 2023, le taux d’inflation au Canada était de 5,9 %, ce qui est encore beaucoup plus élevé que souhaité par la Banque du Canada (BDC). Les hausses de taux d’intérêt visent à décourager les dépenses et les emprunts, ce qui entraîne un ralentissement de l’économie. La banque centrale pourrait être amenée à augmenter encore les taux d’intérêt pour faire baisser l’inflation et atteindre son objectif de 2 à 3 %.

    Toutefois, l’économie canadienne n’a pas encore pleinement ressenti l’effet des hausses de taux de la Banque du Canada. En effet, l’inflation est généralement un facteur de retard et l’effet des hausses de taux peut mettre jusqu’à un an avant de commencer à se faire sentir sur l’économie. Nous devrions donc ressentir les premiers effets vers la fin du mois de mars, puisque les premières augmentations ont commencé en avril 2022. Un ralentissement de l’économie devrait faire baisser les taux d’inflation avant que la Banque du Canada ne commence à abaisser le taux directeur, ce qui devrait se produire au début de 2024.

    Foire aux questions

    Le marché immobilier canadien va-t-il s’effondrer?

    Au fil des ans, on a beaucoup spéculé sur le fait que le marché immobilier canadien était une bulle qui pouvait éclater à tout moment. Toutefois, les avis sont partagés quant à la possibilité d’un effondrement du marché immobilier. Certains prédisent que les prix baisseront,mais resteront relativement stables; d’autres prédisent que les prix continueront à baisser, ce qui entraînera un effondrement du marché – bien que cela semble peu probable.

    Bien que personne ne puisse prédire l’avenir avec précision, les acheteurs potentiels devraient surveiller les indicateurs du marché tels que les tendances de l’emploi et les conditions économiques générales afin de se préparer le mieux possible à tout changement soudain sur le marché de l’immobilier.

    Le prix des propriétés au Canada augmentera-t-il en 2023?

    Malgré l’incertitude économique et la volatilité du marché, les prix de l’immobilier résidentiel devraient diminuer légèrement ou rester stables pendant la majeure partie de l’année 2023, en raison du maintien des taux d’intérêt à un niveau élevé. En fonction du marché, les prix pourraient commencer à se redresser et à augmenter vers la fin de l’année 2023.

    Comment obtenir un prêt hypothécaire au Canada?

    Pour obtenir un prêt hypothécaire au Canada, il faut d’abord analyser votre situation financière. Pour ce faire, répondez à ces quelques questions.

    • Avez-vous l’argent nécessaire pour la mise de fonds? (entre 5 et 20 % du prix d’achat)
    • Remplissez-vous les conditions de revenu? (ratio dette/revenu de 39 % ou moins) 
    • Votre cote de crédit est-elle suffisamment élevée? (généralement 680 ou plus)

    En conclusion

    Il est important de se rappeler que le marché immobilier est complexe et qu’il est influencé par de nombreux facteurs, tels que les taux d’intérêt, les réglementations gouvernementales et le prix des habitations. Il est difficile de prédire la tendance des taux et des prix de l’immobilier pour le reste de l’année 2023 et pour 2024.

    Si vous êtes prêt à acheter, surveillez les nouvelles concernant les indicateurs de marché et les changements de taux. Cela vous aidera à mieux comprendre les perspectives économiques du Canada et à choisir le bon moment pour acheter une propriété.