Bases hypothécaires

Le marché du logement au Canada : Où acheter (et quels endroits éviter) en 2024

Le marché du logement au Canada : Où acheter (et quels endroits éviter) en 2024
Written by
  • Ashley Howard
| 2 février 2024
Reviewed, 2 février 2024
Share:

Table of contents

    À l’aube de 2024, l’accessibilité au logement, les taux d’intérêt et les contraintes liées à l’offre continuent d’exercer une pression sur le marché du logement. Il est aujourd’hui plus important que jamais de trouver l’endroit qui correspond le plus à votre budget et à votre mode de vie, tout en représentant un bon potentiel d’investissement. 

    Vous souhaitez investir dans l’immobilier au Canada cette année? Avez-vous la liberté de vous déplacer? Si tel est le cas, jetez un coup d’œil aux principaux points névralgiques de l’immobilier au Canada pour découvrir où vous devriez acheter et quels endroits vous devriez éviter, en fonction du coût de la vie, des emplois, des infrastructures et de la croissance de la population.

    Que vous soyez l’acheteur d’une première habitation, un investisseur aguerri ou simplement curieux de savoir ce que l’avenir réserve au marché du logement au Canada, cet article traitera de l’état du marché du logement dans les différentes régions du pays. 

    Les grandes lignes

    • L’accessibilité financière et la croissance démographique jouent toutes deux un rôle important dans l’évolution de la demande de logement.
    • Les meilleures villes pour investir dans l’immobilier sont celles qui disposent d’un marché du travail solide, d’une population croissante et de logements abordables.
    • Les pires villes pour investir dans l’immobilier sont celles où la population est en déclin, où le marché du travail est faible, où il y a pénurie de logements et où les prix de l’immobilier sont élevés.

    Facteurs influençant le marché du logement au Canada

    Le marché du logement au Canada est influencé par plusieurs facteurs, notamment le taux directeur de la Banque du Canada, les taux d’intérêt, l’inflation, les rendements obligataires, l’offre de logement et la croissance démographique, qui, ensemble, ont un impact variable sur les prix de l’immobilier. 

    L’accessibilité financière joue un rôle important quand vient le temps de déterminer l’attrait du marché du logement d’un emplacement en particulier. Les conditions économiques influencent les taux d’intérêt partout au pays et peuvent avoir un impact sur le prix des habitations. Le prix élevé des propriétés, en particulier dans les grandes zones urbaines ou dans les régions très recherchées par rapport aux revenus médians, peut décourager les acheteurs potentiels. 

    La Banque du Canada utilise le taux directeur comme outil de politique monétaire pour contrôler l’inflation. Ce taux directeur est ensuite utilisé pour fixer les taux hypothécaires variables au Canada. Les rendements obligataires avec des durées comparables déterminent les taux hypothécaires fixes. Les taux d’intérêt élevés ont un impact sur l’accessibilité, rendant plus difficile l’obtention d’un prêt hypothécaire et pouvant décourager les emprunteurs potentiels d’entrer sur le marché du logement. 

    Les villes qui jouissent d’un marché de l’emploi solide et d’industries plus diversifiées ont tendance à attirer davantage de résidents, ce qui fait grimper la demande de logement. La proximité d’universités et d’instituts de recherche peut également contribuer à l’essor du marché immobilier, les étudiants et les professeurs étant à la recherche d’un logement. 

    La croissance démographique est un moteur important de la demande de logement. Les villes qui connaissent une croissance démographique stable ont tendance à avoir un marché du logement robuste, car l’augmentation de la demande de logement peut faire grimper les prix. La demande de logement et le déséquilibre entre l’offre et la demande ont maintenu les prix de l’immobilier à un niveau élevé récemment. La croissance de la population continue de dépasser l’offre, ce qui entraîne des pénuries dans tout le pays et rend difficile l’accès au marché du logement pour de nombreuses personnes. 

    Les meilleures villes pour l’investissement immobilier en 2024

    Les grandes villes comme Toronto et Vancouver sont depuis longtemps des lieux privilégiés pour les déménagements en raison du travail, la poursuite des études, les divertissements et la culture ainsi qu’en raison de la force de leurs marchés immobiliers en pleine effervescence. Toutefois, plusieurs villes canadiennes moins connues et en plein essor offrent des possibilités intéressantes aux acheteurs en 2024. Ces villes ne figurent peut-être pas sur votre radar, mais elles ont montré des signes prometteurs de croissance et de développement.

    Halifax 

    Population : Environ 480 000

    Versement hypothécaire mensuel moyen : 2 472 $*

    *Basé sur le prix de référence de 511 600 $ à Halifax-Dartmouth en janvier 2024, avec une mise de fonds de 20 % et un taux d’intérêt de 5,39 %.

    Située sur la côte est du Canada, Halifax s’est imposée comme une ville offrant un potentiel important en matière d’investissement immobilier. La population croissante de la ville, les habitations relativement abordables, le tourisme et les magnifiques paysages côtiers en font une destination attrayante pour les résidents et les investisseurs.

    Victoria

    Population : Environ 398 000

    Versement hypothécaire mensuel moyen : 4 146 $*

    *Basé sur le prix de référence de 858 100 $ à Victoria en janvier 2024, avec une mise de fonds de 20 % et un taux d’intérêt de 5,39 %.

    Située sur l’île de Vancouver, Victoria, la capitale de la Colombie-Britannique, offre un mélange charmant de beauté naturelle et de commodités urbaines. L’économie solide de la ville et son climat doux en font un choix attrayant pour les résidents potentiels et les investisseurs à la recherche d’opportunités au large des côtes du continent.

    Kitchener-Waterloo

    Population : Environ 586 000

    Versement hypothécaire mensuel moyen : 3 410 $*

    *Basé sur le prix de référence de 705 700 $ à Kitchener-Waterloo en janvier 2024, avec une mise de fonds de 20 % et un taux d’intérêt de 5,39 %.

    Située au cœur du corridor de TI de l’Ontario, la ville de Kitchener-Waterloo a connu une croissance importante ces dernières années. Avec un secteur des technologies en effervescence et des universités renommées, la région est devenue une destination prisée par les nouveaux arrivants et les investisseurs.

    Saskatoon

    Population : Environ 342 000

    Versement hypothécaire mensuel moyen : 1 648 $*

    *Basé sur le prix de référence de 341 100 $ à Saskatoon en janvier 2024, avec une mise de fonds de 20 % et un taux d’intérêt de 5,39 %.

    En tant que plus grande ville de la Saskatchewan, Saskatoon a connu une croissance démographique et un développement économique soutenus. En raison de son marché du logement proposant des habitations abordables, d’un marché de l’emploi offrant de solides opportunités et d’investissements dans les infrastructures, cette ville constitue un lieu prometteur pour les acheteurs potentiels en 2024.

    Les villes à éviter sur le marché du logement au Canada en 2024

    Le Canada offre de nombreuses possibilités immobilières aux acheteurs et aux investisseurs. Cependant, certaines villes peuvent ne pas représenter le meilleur choix pour l’immobilier. Ces villes peuvent être confrontées à des défis tels que le déclin de la population, des opportunités d’emploi limitées, des problèmes d’offre de logement ou un marché du logement stagnant par rapport à d’autres villes du Canada.

    Saint-Jean de Terre-Neuve

    Population : Environ 224 000

    Versement hypothécaire mensuel moyen : 1 621 $*

    *Basé sur le prix de référence de 335 400 $ à Saint-Jean de Terre-Neuve en janvier 2024, avec une mise de fonds de 20 % et un taux d’intérêt de 5,39 %.

    Saint-Jean de Terre-Neuve, la capitale de Terre-Neuve-et-Labrador, a connu des difficultés économiques ces dernières années en raison de l’augmentation de la population et de la concurrence liée au resserrement du marché du travail. C’est à Terre-Neuve-et-Labrador que l’on retrouvait le taux de chômage le plus élevé au Canada en 2023. Ces conditions économiques ont eu un impact sur le marché du logement de la ville, la rendant moins attrayante pour les acheteurs et les investisseurs.

    Edmonton

    Population : Environ 1 568 000

    Versement hypothécaire mensuel moyen : 1 790 $*

    *Basé sur le prix de référence de 370 500 $ à Edmonton en janvier 2024, avec une mise de fonds de 20 % et un taux d’intérêt de 5,39 %.

    Edmonton, la capitale de l’Alberta, est l’une des villes du Canada dont la croissance est la plus rapide. Elle a connu un développement démographique fulgurant par rapport à d’autres villes, de nombreux habitants venant d’autres provinces pour accéder à des logements plus abordables. Cette croissance a mis à rude épreuve le marché du logement. Par ailleurs, les prix de l’immobilier ne devraient connaître que des hausses modestes au cours de l’année prochaine. 

    London

    Population : Environ 519 000

    Versement hypothécaire mensuel moyen : 2 760 $*

    *Basé sur le prix de référence de 571 200 $ à London en janvier 2024, avec une mise de fonds de 20 % et un taux d’intérêt de 5,39 %.

    London, en Ontario, a connu des fluctuations économiques ces dernières années en raison de son marché de l’emploi compétitif, du coût élevé des loyers, du manque de possibilités en matière de services de garde à l’enfance et d’un marché immobilier qui a vu les prix des maisons stagner. L’atonie du marché immobilier de la ville en fait un choix moins souhaitable pour l’immobilier.

    Thunder Bay

    Population : Environ 113 800

    Versement hypothécaire mensuel moyen : 1 471 $*

    *Basé sur le prix de référence de 304 487 $ à Thunder Bay en janvier 2024, avec une mise de fonds de 20 % et un taux d’intérêt de 5,39 %.

    Située dans le nord-ouest de l’Ontario, Thunder Bay a dû faire face à des défis liés à des conditions météorologiques difficiles, à une croissance démographique lente et à des possibilités d’emploi limitées. Ces facteurs font du marché du logement un choix moins favorable à la relocalisation et à l’investissement dans l’immobilier.

    Ressources aux fins de recherches sur le marché du logement au Canada

    Effectuer des recherches sur le marché du logement au Canada peut s’avérer une tâche ardue, compte tenu de la grande quantité d’informations disponibles. Cependant, plusieurs ressources peuvent vous aider et fournir des informations précieuses.

    • Association canadienne de l’immobilier (ACI) : L’ACI offre des données actualisées sur le marché du logement au Canada. Son site Web donne accès à des statistiques, des rapports et des analyses du marché qui peuvent aider les acheteurs et les investisseurs à comprendre les tendances et les conditions actuelles du marché. 
    • Chambres immobilières locales : Les chambres immobilières locales fournissent des informations précieuses sur des régions et des villes spécifiques. Elles proposent des rapports sur le marché, des données sur les ventes et des avis d’experts sur les conditions du marché local afin de vous permettre d’affiner et de cibler votre recherche.
    • Société canadienne d’hypothèques et de logement (SCHL) La SCHL est un organisme gouvernemental qui fournit des informations sur les tendances du marché du logement, sur l’accessibilité financière et liées aux statistiques sur le logement. Son site Web propose des rapports, des publications de recherche et des outils d’analyse de marché.
    • Rapports des banques et des institutions financières : Les banques et les institutions financières publient souvent des rapports économiques et des études concernant le marché du logement. Ces rapports fournissent des informations précieuses sur les conditions économiques, les taux d’intérêt et les tendances du marché.
    • Forums et communautés en ligne sur l’investissement immobilier : Les forums et communautés en ligne consacrés à l’immobilier peuvent fournir une mine d’informations et de conseils de la part d’investisseurs expérimentés. S’engager auprès de ces communautés peut aider les investisseurs à obtenir une perspective plus large sur le marché.
    • Experts et professionnels locaux : La consultation d’agents immobiliers locaux, d’experts hypothécaires et de conseillers financiers peut fournir des informations précieuses sur des marchés locaux spécifiques. Ces professionnels ont une connaissance de première main des conditions locales et peuvent offrir des conseils personnalisés en fonction de votre situation financière.

    En conclusion

    En ce début d’année, le marché immobilier canadien présente des opportunités et des défis uniques pour les acheteurs et les investisseurs. Comprendre ce qui influence le marché, étudier les tendances régionales et se tenir informé de l’actualité immobilière et des décisions du gouvernement en matière de politiques pourra vous aider à déterminer si 2024 est le meilleur moment pour acheter une propriété dans la région souhaitée. 

    Si vous êtes prêt à acheter ou si vous avez besoin de conseils personnalisés, contactez-nous et voyez comment nous pouvons vous aider à entrer sur le marché du logement en 2024.